laboratoire dentaire Ferylabor

acceuil

L'or

L'or

Les Allergies

Le Système

 

 

lingot d'o
Avant propos 
   L'or a de tout temps été un matériau de choix dans les réalisations les plus prestigieuses. Il a su trouver sa place dans l'art dentaire comme dans bien d'autres domaines.     Maintenant, avec l'avènement des prothèses sur implants notamment,  il est devenu un maître choix presque incontournable.

Définition

    Métal précieux d'un  jaune brillant; élément (Au) de numéro atomique 79, de masse atomique 196,96.  De densité élevée 19,32 à 20°C, c'est un excellent conducteur d'électricité et de chaleur.  Il fond à 1064,4°C et bout à 2807°C.

    L'or est le plus malléable et le plus ductile de tous les métaux; 1Gr peut être étiré en un fil ayant 2Km de long ou, encore, transformé en une feuille ultra-mince ayant une épaisseur de 10-7m. et une surface d'environ 1,5m2.  Il est mou, d’où la nécessité de l’associer à d’autres éléments métalliques.  Ces alliages ainsi formés ont alors des qualités exceptionnelles, utiles dans de nombreuses applications.

    L’or ne s’oxyde ni à l’air, ni dans l’eau et ce, à toute température.  De même, il n’est pas attaqué par l’action d’un acide fort, même très concentré et chaud.  Inaltérable, il se dissout seulement dans le mercure et l’eau régale.

    On le puise dans des filons de roches aurifères ou dans des alluvions aurifères en rivière ou en carrière.  Différents processus minéralurgiques sont nécessaires pour récupérer l’or de la « soupe » brute (broyage, concassage, amalgamation, distillation, cyanuration, affinage…).

Haut du document

Histoire

    L’histoire de l’or est intimement liée à celle de l’humanité.  Vénéré et convoité par tous, il déclencha les passions les plus folles.

    L’or se distingua d’abord par son éclat vif et sa couleur naturelle.  Ces deux particularités l’assimilaient au soleil,  Astre-Dieu par excellence (Râ).  La découverte de son inaltérabilité, sa rareté et ses propriétés étonnantes ne firent qu’amplifier l’imaginaire des hommes.

    Le grand dessein de l’alchimie, par exemple, était d’obtenir la transmutation de métaux « vils » (tels que le cuivre) en métaux « nobles » (tels que l’or).  Sans nul doute, cela aurait ouvert la voie aux richesses et au pouvoir à ceux qui dompteraient la matière.

    L’épopée de l’or a véritablement débuté avec les premières expéditions de Christophe Colomb.  C’était évidemment la promesse des richesses qui motivaient ces conquérants.  Toutefois, il faudra attendre l’arrivée des Conquistadors pour obtenir les résultats escomptés.  Ils seront les tristes acteurs de massacres et de vols pour dérober l’or le plus facilement accessible (parures, bijoux, offrandes…).

    L’augmentation de la production de l’or et l’évolution de la pensée humaine le démythifia peu à peu, passant de l’état de « Dieu » au symbole plus modeste de la divinité.  L’or devint alors une matière d’échange et de commerce très prisée, devenant le signe de pouvoir et de puissance, n’ayant plus rien à voir avec le divin.

    L’utilisation de l’or en tant que monnaie a modifié la vision des hommes en une redoutable cupidité.

la ruée vers l’Or
    La Californie fut vendue moins de quinze millions de dollars par le Mexique aux Etats-Unis, elle se dévoila en un gisement exceptionnel.  «Le Californian », journal local, annonce, le 15 mars 1848, la découverte d’or dans la rivière Sacramento.  La ruée qui s’en suivit bénéficia des moyens de communications modernes.  La fièvre se répandit dans le monde entier.  Plus de 4 millions de pionniers arrivèrent d’Europe (quarante neuvards « Fourty Niners »).  Plus de 700 tonnes d’or furent extraites en une dizaine d’années seulement, au prix de nombreuses vies humaines.  La découverte de ces mines en entraîna d’autres, jusqu’au nord du Canada et en Alaska.  Moins désordonnée, l’Australie eut, elle aussi, sa ruée vers l’or.

Haut du document




Quelques chiffres

    Depuis sa découverte, on aurait extrait plus de 125.000 tonnes d’or de notre sol.

    La production mondiale oscille actuellement entre 1.500 et 2.000 tonnes par an, assurée pour 30% par l’Afrique du Sud qui est le plus gros producteur, bien avant les Etats-Unis, l’Australie et l’Union Soviétique.

    Principaux pays consommateurs : l’Inde, Etats-Unis, Japon, Chine, Arabie Saoudite, Italie.

    La plus grande partie de l’or mondial est thésaurisée par les banques (cf. valeur marchande), le reste fait l’objet d’utilisations en bijouterie-orfèvrerie, dentisterie et industrie.

    Le marché se répartit comme suit : 80% pour la bijouterie / 10% pour la monnaie (pièces et lingots) / 10% pour les usages industriels et autres.

    La plus grosse pépite d'or jamais trouvée à ce jour a été découverte en 1872 en Australie. La légendaire "Plaque de Holtermann" pesait 235 kg et mesurait 1,42 m de haut.

Or, valeur marchande :
    Le 20 juin 1980, le cours de l’once atteignait un sommet absolu :  850 dollars l’once Troy (31,1035 grammes d’or pur). Depuis, le mouvement s’est inversé  à la baisse et en automne 1997, il chutait sous les 300 dollars.

   Maintenant, l'or n’est plus considéré comme valeur refuge. La valeur du dollar (et des autres monnaies) n’est plus liée au métal jaune. Depuis vingt ans, les prix à la consommation ont presque doublé,  alors que le prix de l’or fléchissait de façon continue.

    Plusieurs raisons peuvent expliquer le phénomène;  la production augmente, il est indestructible et recyclable à volonté, les banques s’en débarrassent.  Au début 89, par exemple, le stock de la Banque nationale de Belgique était de 1185 tonnes, il est tombé aujourd’hui à 300 tonnes.

    Récemment encore, alors même que l’or n’était plus utilisé comme gage de la monnaie, les banques centrales conservaient encore un stock d’or et de devises étrangères qui servaient  à couvrir les déficits de la balance commerciale. Mais l’instauration de l’Euro rend cette précaution inutile.

    De plus en plus d’or se trouve ainsi sur le marché de l’offre, la demande restant figée.

    Malgré tout, les derniers déboires du monde de la finance et des banques nous prouvent que certaines valeurs, comme l’or, restent des éléments clés dans l’économie mondiales.  Après le pic des années 80, le cours de l’once d’or ne cesse de grimper depuis 2000. Où s’arrêtera-t-il ?

Haut du document




Prothèse en or

    Jusqu’au XVIII° siècle, les prothèses dentaires se composaient de dents humaines (celles extraites du patient ou de cadavres et retaillées) reliées par des ligatures de fils d’or.  Plus tôt encore, certaines étaient sculptées dans divers matériaux organiques tels que os ou dents de chevaux, bœufs, hippopotames…ou encore dans du bois blanc.  Fort heureusement, nous n’en sommes pas restés là grâce à certains apothicaires qui ont su ouvrir la voie vers de nouvelles orientations.

Inlays et incrustations en or coulé
    L’application de blocs d’or cimentés dans une cavité naît en 1884 grâce au dentiste Aguilhon de Sarran, qui présente sa technique à la Société de Stomatologie de Paris en 1903. Après avoir pris une empreinte à la cire, mis cette cire dans un revêtement de plâtre et de talc, puis l’avoir éliminée à l’eau chaude, il fait fondre l’or à 22 carats au chalumeau et le coule dans le moule ainsi obtenu.

    C’est O. Sölbrig qui, quelques années plus tard lancera réellement la technique.

    Toujours d’actualité, l’inlay en or reste l’obturation la plus efficace pour le long terme.

Couronnes et bridge en or
    La technique de la couronne à bague a contribué grandement à l’avènement de l’or en dentisterie.  De nombreux patients conservent encore aujourd’hui ce type de restauration  pourtant réalisée de manière sommaire mais combien efficace.

    Maintenant, avec les techniques modernes de mise en œuvre, l’utilisation d’alliages à base d’or en art dentaire ne présente plus aucune faiblesse. Pour des raisons esthétiques, on masque les parties métalliques visibles en utilisant des matériaux cosmétiques tels que des céramiques dont l’aspect permet d’imiter parfaitement les dents naturelles.

Longévité
    La durée de vie, dans le milieu buccal, d’un alliage à base d’or est d’environ 20 ans en moyenne, ce qui est nettement plus long que d’autres matériaux dentaires. Si l’on pense que durant ce laps de temps, certains matériaux devraient être remplacés plusieurs fois, on se rend compte qu’un investissement un peu plus important est rapidement rentabilisé.  En terme de bio compatibilité, le choix d’un alliage précieux s’avère aussi être un investissement judicieux pour la santé et le confort des patients.

    La crise économique, que l’on subit depuis les années 80, nous a fait oublier tout le respect que l’on doit à ce matériau noble qui a traversé les âges dignement.  Les alliages dit «économiques » ont envahi le marché.  Actuellement plus de 1000 alliages de toutes sortes sont disponibles sur le marché dentaire.  Il est clair que tous n’offrent pas les garanties que nous sommes en droit d’exiger.

Haut du document
francais  UK   NL  DE
NEW
forum prothésites dentaires
forum des prothésistes dentaires de Belgique
liens dentaires


union llaboratoires dentaires

diaporama dentaire




Annuaire de sites Net-liens


Referencement Ce site est listé dans la catégorie Santé : Dentisterie Annuaire

laboratoire de prothèse dentaire Marc FERY  - Esneux - Belgique - octobre 2011 - contact -